Un bon sommeil est essentiel

Un bon sommeil est essentiel
Un bon sommeil est essentiel
Un bon sommeil est essentiel
Conseils santé

Écrans LED et sommeil – quel rapport ?

Smartphones, tablettes, ordinateurs : les dangers des écrans LED pour le sommeil

Du réveil au coucher, nos écrans ne nous quittent jamais. Plus qu’une habitude, une réelle dépendance : nos chers smartphones, tablettes et ordinateurs font partie de notre quotidien et nous accompagnent jusqu’à la dernière heure de la journée. Adultes, adolescents et enfants, nous sommes tous happés par ces écrans envoûtants. Un petit message avant d’aller dormir, un dernier regard sur les réseaux sociaux, quelques minutes de jeux vidéo ou encore un nouvel épisode de sa série favorite, nous attendons la dernière minute avant de nous séparer de nos écrans, d’enfin fermer les yeux et dormir. Du moins c’est ce que nous croyons car la lumière émise par ces derniers aurait une influence néfaste sur notre sommeil et viendrait bouleverser nos nuits.  

 

Lumière et synchronisation du rythme corporel

Depuis peu, nous nous sommes rendu compte grâce à la chronobiologie, science qui étudie la régulation du corps sur une journée, de l’importance de la lumière sur la synchronisation de l’organisme. Loin d’être liée exclusivement à des facteurs visuels, la lumière a une influence sur l’horloge biologique et joue un rôle essentiel dans le cycle du sommeil. L’homme est réglé selon un rythme de vingt-quatre heures alternant jour et nuit, période d’éveil et période de sommeil. Il s’agit du rythme circadien régulé par des spectres lumineux contenus dans la lumière du jour. En d’autres termes, la nuit et la pénombre sont associées au moment d’endormissement alors que le jour et la lumière, à l’éveil. Ce cycle participe à notre bien-être : une bonne nuit de sommeil assurera une meilleure régénération du cerveau et, par conséquent, plus d’énergie pendant la journée. 

Ecrans LED : méfiez-vous de la lumière bleue

Ce sont des cellules ganglionnaires situées à l’intérieur de notre œil qui captent la lumière pour envoyer des signaux au cerveau et gérer la sécrétion de la mélatonine, cette hormone du sommeil qui définit quand on dort et quand on se réveille. Ces cellules sont extrêmement sensibles à la nouvelle source de lumière renvoyée par nos appareils numériques, soit une lumière de LED (Light Emitting Diode) aussi appelée lumière bleue, car elle est plus enrichie en bleu que celle jaune orangée de type allogène.

Depuis plusieurs années, les effets néfastes de cette lumière ont été détectés. Une surexposition avant d’aller dormir viendrait perturber nos douces nuits. En effet, mettre notre corps face à une grande source de lumière de LED aurait pour cause de réduire le niveau de sécrétion de mélatonine, ce qui non seulement retarde le processus d’endormissement, mais nuit aussi à la qualité du sommeil. Il a ainsi été démontré que par l’utilisation des smartphones et autres tablettes le soir, le cerveau maintenu en alerte n’arrive plus à se reposer comme il le faudrait.  

Insomnie et fatigue chez les adolescents

Selon les études disponibles, nous passons en moyenne six heures par jour devant les écrans, ceci rien que pour les loisirs. Parallèlement à ces nouvelles habitudes de vie, on constate une augmentation du nombre de personnes souffrant de troubles du sommeil. Un hasard ? Sûrement pas.

Si le problème touche beaucoup les professionnels qui n’arrivent pas à se détacher de leurs emails même avant d’aller dormir, les adolescents et les enfants sont aussi concernés. Beaucoup de jeunes ne se sentent pas assez reposés pendant la semaine; ils manquent d’énergie et n’arrivent pas à se concentrer à l’école. L’une des causes de ce problème est l’utilisation excessive des écrans à LED avant d’aller dormir.

Le problème est d’autant plus marqué chez les adolescents. Non seulement ils ont besoin de plus d’heures de sommeil, mais leur cycle est également décalé par rapport à celui des adultes ou des enfants. L’utilisation effrénée de leurs téléphones portables avant le coucher et la surexposition à la lumière bleue influencent donc encore plus leur nuit et leur état en journée. Certains cas extrêmes de dépendance aux écrans avant d’aller dormir peuvent même entraîner un dérèglement complet de l’horloge biologique chez les adolescents avec des conséquences graves : insomnie, impossibilité de se réveiller le matin et état de fatigue permanent.

Eviter les écrans LED avant l’âge de 6 ans

Il est essentiel d'éviter les écrans LED aux plus jeunes enfants, même s’il est encore difficile de déterminer exactement les conséquences des nouveaux médias sur leur développement par manque de recul. L’abus des écrans avant l’âge de six ans est cependant déconseillé. Notre œil étant programmé pour voir net au loin, l’habituer à passer trop de temps devant un écran peut l’inciter à privilégier la vision de près et provoquer ainsi une myopie précoce.

Face à la frénésie des écrans, il n’est pas évident pour les parents d’instaurer des règles strictes quant à l’utilisation qu’en font le soir les enfants, et surtout les adolescents qui ne sauraient se passer d’un dernier regard bleuté avant de sombrer dans les bras de Morphée. 

Filtres et lunettes de protection

Quelle attitude adopter face à ce fléau ? L’idéal serait bien évidemment d’arriver à dire « au revoir » ou plutôt « bonne nuit » à nos chers compagnons numériques au moins 30 minutes avant d’aller au lit. L’idée n’étant, bien entendu, pas de s’en séparer à tout jamais mais surtout de les éviter le soir. Pour changer les mauvaises habitudes, il faudrait instaurer un nouveau rituel du coucher en bannissant petit à petit les téléphones portables et les tablettes de la chambre à coucher des petits comme des grands.

La technologie tente, elle aussi, d’apporter des solutions aux problèmes de la surexposition aux lumières bleues le soir en proposant, par exemple, des filtres pour les écrans d’ordinateur. Certains designers essayent également de développer des modalités permettant de diminuer la lumière bleue pendant la soirée, des applications existent déjà.

Pour en savoir plus sur le BlueProtect

Écrans LED et sommeil – quel rapport ?

Smartphones, tablettes, ordinateurs : les dangers des écrans LED pour le sommeil

Du réveil au coucher, nos écrans ne nous quittent jamais. Plus qu’une habitude, une réelle dépendance : nos chers smartphones, tablettes et ordinateurs font partie de notre quotidien et nous accompagnent jusqu’à la dernière heure de la journée. Adultes, adolescents et enfants, nous sommes tous happés par ces écrans envoûtants. 

 

Un petit message avant d’aller dormir, un dernier regard sur les réseaux sociaux, quelques minutes de jeux vidéo ou encore un nouvel épisode de sa série favorite, nous attendons la dernière minute avant de nous séparer de nos écrans, d’enfin fermer les yeux et dormir. Du moins c’est ce que nous croyons car la lumière émise par ces derniers aurait une influence néfaste sur notre sommeil et viendrait bouleverser nos nuits.  

Lumière et synchronisation du rythme corporel

Depuis peu, nous nous sommes rendu compte grâce à la chronobiologie, science qui étudie la régulation du corps sur une journée, de l’importance de la lumière sur la synchronisation de l’organisme. Loin d’être liée exclusivement à des facteurs visuels, la lumière a une influence sur l’horloge biologique et joue un rôle essentiel dans le cycle du sommeil. L’homme est réglé selon un rythme de vingt-quatre heures alternant jour et nuit, période d’éveil et période de sommeil. Il s’agit du rythme circadien régulé par des spectres lumineux contenus dans la lumière du jour. En d’autres termes, la nuit et la pénombre sont associées au moment d’endormissement alors que le jour et la lumière, à l’éveil. Ce cycle participe à notre bien-être: une bonne nuit de sommeil assurera une meilleure régénération du cerveau et, par conséquent, plus d’énergie pendant la journée. 

Ecrans LED : méfiez-vous de la lumière bleue

Ce sont des cellules ganglionnaires situées à l’intérieur de notre œil qui captent la lumière pour envoyer des signaux au cerveau et gérer la sécrétion de la mélatonine, cette hormone du sommeil qui définit quand on dort et quand on se réveille. Ces cellules sont extrêmement sensibles à la nouvelle source de lumière renvoyée par nos appareils numériques, soit une lumière de LED (Light Emitting Diode) aussi appelée lumière bleue, car elle est plus enrichie en bleu que celle jaune orangée de type allogène.

Depuis plusieurs années, les effets néfastes de cette lumière ont été détectés. Une surexposition avant d’aller dormir viendrait perturber nos douces nuits. En effet, mettre notre corps face à une grande source de lumière de LED aurait pour cause de réduire le niveau de sécrétion de mélatonine, ce qui non seulement retarde le processus d’endormissement, mais nuit aussi à la qualité du sommeil. Il a ainsi été démontré que par l’utilisation des smartphones et autres tablettes le soir, le cerveau maintenu en alerte n’arrive plus à se reposer comme il le faudrait.  

Insomnie et fatigue chez les adolescents

Selon les études disponibles, nous passons en moyenne six heures par jour devant les écrans, ceci rien que pour les loisirs. Parallèlement à ces nouvelles habitudes de vie, on constate une augmentation du nombre de personnes souffrant de troubles du sommeil. Un hasard ? Sûrement pas.

Si le problème touche beaucoup les professionnels qui n’arrivent pas à se détacher de leurs emails même avant d’aller dormir, les adolescents et les enfants sont aussi concernés. Beaucoup de jeunes ne se sentent pas assez reposés pendant la semaine; ils manquent d’énergie et n’arrivent pas à se concentrer à l’école. L’une des causes de ce problème est l’utilisation excessive des écrans à LED avant d’aller dormir.

Le problème est d’autant plus marqué chez les adolescents. Non seulement ils ont besoin de plus d’heures de sommeil, mais leur cycle est également décalé par rapport à celui des adultes ou des enfants. L’utilisation effrénée de leurs téléphones portables avant le coucher et la surexposition à la lumière bleue influencent donc encore plus leur nuit et leur état en journée. Certains cas extrêmes de dépendance aux écrans avant d’aller dormir peuvent même entraîner un dérèglement complet de l’horloge biologique chez les adolescents avec des conséquences graves : insomnie, impossibilité de se réveiller le matin et état de fatigue permanent.

Eviter les écrans LED avant l’âge de 6 ans

Il est essentiel d'éviter les écrans LED aux plus jeunes enfants, même s’il est encore difficile de déterminer exactement les conséquences des nouveaux médias sur leur développement par manque de recul. L’abus des écrans avant l’âge de six ans est cependant déconseillé. Notre œil étant programmé pour voir net au loin, l’habituer à passer trop de temps devant un écran peut l’inciter à privilégier la vision de près et provoquer ainsi une myopie précoce.

Face à la frénésie des écrans, il n’est pas évident pour les parents d’instaurer des règles strictes quant à l’utilisation qu’en font le soir les enfants, et surtout les adolescents qui ne sauraient se passer d’un dernier regard bleuté avant de sombrer dans les bras de Morphée. 

Filtres et lunettes de protection

Quelle attitude adopter face à ce fléau ? L’idéal serait bien évidemment d’arriver à dire « au revoir » ou plutôt « bonne nuit » à nos chers compagnons numériques au moins 30 minutes avant d’aller au lit. L’idée n’étant, bien entendu, pas de s’en séparer à tout jamais mais surtout de les éviter le soir. Pour changer les mauvaises habitudes, il faudrait instaurer un nouveau rituel du coucher en bannissant petit à petit les téléphones portables et les tablettes de la chambre à coucher des petits comme des grands.

La technologie tente, elle aussi, d’apporter des solutions aux problèmes de la surexposition aux lumières bleues le soir en proposant, par exemple, des filtres pour les écrans d’ordinateur. Certains designers essayent également de développer des modalités permettant de diminuer la lumière bleue pendant la soirée, des applications existent déjà.

Pour en savoir plus sur le BlueProtect

Écrans LED et sommeil – quel rapport ?

Smartphones, tablettes, ordinateurs : les dangers des écrans LED pour le sommeil

Du réveil au coucher, nos écrans ne nous quittent jamais. Plus qu’une habitude, une réelle dépendance : nos chers smartphones, tablettes et ordinateurs font partie de notre quotidien et nous accompagnent jusqu’à la dernière heure de la journée. Adultes, adolescents et enfants, nous sommes tous happés par ces écrans envoûtants. Un petit message avant d’aller dormir, un dernier regard sur les réseaux sociaux, quelques minutes de jeux vidéo ou encore un nouvel épisode de sa série favorite, nous attendons la dernière minute avant de nous séparer de nos écrans, d’enfin fermer les yeux et dormir. Du moins c’est ce que nous croyons car la lumière émise par ces derniers aurait une influence néfaste sur notre sommeil et viendrait bouleverser nos nuits.

Lumière et synchronisation du rythme corporel

Depuis peu, nous nous sommes rendu compte grâce à la chronobiologie, science qui étudie la régulation du corps sur une journée, de l’importance de la lumière sur la synchronisation de l’organisme. Loin d’être liée exclusivement à des facteurs visuels, la lumière a une influence sur l’horloge biologique et joue un rôle essentiel dans le cycle du sommeil. L’homme est réglé selon un rythme de vingt-quatre heures alternant jour et nuit, période d’éveil et période de sommeil. Il s’agit du rythme circadien régulé par des spectres lumineux contenus dans la lumière du jour. En d’autres termes, la nuit et la pénombre sont associées au moment d’endormissement alors que le jour et la lumière, à l’éveil. Ce cycle participe à notre bien-être : une bonne nuit de sommeil assurera une meilleure régénération du cerveau et, par conséquent, plus d’énergie pendant la journée. 

Ecrans LED : méfiez-vous de la lumière bleue

Ce sont des cellules ganglionnaires situées à l’intérieur de notre œil qui captent la lumière pour envoyer des signaux au cerveau et gérer la sécrétion de la mélatonine, cette hormone du sommeil qui définit quand on dort et quand on se réveille. Ces cellules sont extrêmement sensibles à la nouvelle source de lumière renvoyée par nos appareils numériques, soit une lumière de LED (Light Emitting Diode) aussi appelée lumière bleue, car elle est plus enrichie en bleu que celle jaune orangée de type allogène.

Depuis plusieurs années, les effets néfastes de cette lumière ont été détectés. Une surexposition avant d’aller dormir viendrait perturber nos douces nuits. En effet, mettre notre corps face à une grande source de lumière de LED aurait pour cause de réduire le niveau de sécrétion de mélatonine, ce qui non seulement retarde le processus d’endormissement, mais nuit aussi à la qualité du sommeil. Il a ainsi été démontré que par l’utilisation des smartphones et autres tablettes le soir, le cerveau maintenu en alerte n’arrive plus à se reposer comme il le faudrait.  

Insomnie et fatigue chez les adolescents

Selon les études disponibles, nous passons en moyenne six heures par jour devant les écrans, ceci rien que pour les loisirs. Parallèlement à ces nouvelles habitudes de vie, on constate une augmentation du nombre de personnes souffrant de troubles du sommeil. Un hasard ? Sûrement pas.

Si le problème touche beaucoup les professionnels qui n’arrivent pas à se détacher de leurs emails même avant d’aller dormir, les adolescents et les enfants sont aussi concernés. Beaucoup de jeunes ne se sentent pas assez reposés pendant la semaine; ils manquent d’énergie et n’arrivent pas à se concentrer à l’école. L’une des causes de ce problème est l’utilisation excessive des écrans à LED avant d’aller dormir.

Le problème est d’autant plus marqué chez les adolescents. Non seulement ils ont besoin de plus d’heures de sommeil, mais leur cycle est également décalé par rapport à celui des adultes ou des enfants. L’utilisation effrénée de leurs téléphones portables avant le coucher et la surexposition à la lumière bleue influencent donc encore plus leur nuit et leur état en journée. Certains cas extrêmes de dépendance aux écrans avant d’aller dormir peuvent même entraîner un dérèglement complet de l’horloge biologique chez les adolescents avec des conséquences graves : insomnie, impossibilité de se réveiller le matin et état de fatigue permanent.

Eviter les écrans LED avant l’âge de 6 ans

Il est essentiel d'éviter les écrans LED aux plus jeunes enfants, même s’il est encore difficile de déterminer exactement les conséquences des nouveaux médias sur leur développement par manque de recul. L’abus des écrans avant l’âge de six ans est cependant déconseillé. Notre œil étant programmé pour voir net au loin, l’habituer à passer trop de temps devant un écran peut l’inciter à privilégier la vision de près et provoquer ainsi une myopie précoce.

Face à la frénésie des écrans, il n’est pas évident pour les parents d’instaurer des règles strictes quant à l’utilisation qu’en font le soir les enfants, et surtout les adolescents qui ne sauraient se passer d’un dernier regard bleuté avant de sombrer dans les bras de Morphée. 

Filtres et lunettes de protection

Quelle attitude adopter face à ce fléau ? L’idéal serait bien évidemment d’arriver à dire « au revoir » ou plutôt « bonne nuit » à nos chers compagnons numériques au moins 30 minutes avant d’aller au lit. L’idée n’étant, bien entendu, pas de s’en séparer à tout jamais mais surtout de les éviter le soir. Pour changer les mauvaises habitudes, il faudrait instaurer un nouveau rituel du coucher en bannissant petit à petit les téléphones portables et les tablettes de la chambre à coucher des petits comme des grands.

La technologie tente, elle aussi, d’apporter des solutions aux problèmes de la surexposition aux lumières bleues le soir en proposant, par exemple, des filtres pour les écrans d’ordinateur. Certains designers essayent également de développer des modalités permettant de diminuer la lumière bleue pendant la soirée, des applications existent déjà.

Pour en savoir plus sur le BlueProtect

Haut