Lunettes High-Tech : la revanche des nerds

Lunettes High-Tech : la revanche des nerds
Lunettes High-Tech : la revanche des nerds
Lunettes High-Tech : la revanche des nerds
Divertissement

Lunettes High-Tech : la revanche des nerdsPhoto : Adrian Gögl

Objets souvent perçus comme utilitaires et peu technologiques, les lunettes ont entamé il y a quelques années une révolution profonde.

Cette révolution prend plusieurs formes. Elle a débuté avec l’arrivée du premier verre organique en 1959, moment charnière où la matière synthétique a remplacé le verre comme matière première pour fabriquer les verres de vos lunettes. Au-delà de présenter des caractéristiques de résistance bien supérieures, ce nouveau matériau a permis de révolutionner la géométrie même des verres. En effet, le confort visuel que vous apporte vos lunettes repose sur la forme du verre correcteur. Or, les nouvelles possibilités offertes par le plastique ont permis des réalisations jusque-là impensables, donnant lieu à des verres dits « individuels », qui correspondent exactement à votre besoin. En bref, nous sommes passés de l’ère du prêt-à-porter à celle du sur-mesure.


Une seconde révolution, plus récente, est en passe de chambouler la conception non plus des verres, mais de la monture de vos lunettes. En effet, le recours à l’impression 3D permet désormais d’imprimer une monture parfaitement adaptée à votre morphologie. Cette approche, encore peu répandue, permet de répondre à des besoins spécifiques de clients exigeants.

Mais la vraie révolution, qui a d’ailleurs débuté par un échec, celui des Google Glasses en 2013, vise à changer le rôle même des lunettes, les faisant passer d’un accessoire médical à une interface permettant le passage vers des mondes nouveaux. Ainsi, dans des centaines de laboratoires autour du monde, des « nerds » planchent sur des technologies nouvelles intégrées aux lunettes afin de vous permettre d’accéder à des informations ou de vous immerger au sein d’univers virtuels inédits. Tous les grands acteurs du marché se sont lancés dans la course, à l’instar de Facebook, avec ses casques Oculus, ou encore de Microsoft, avec ses lunettes Hololens.

Ces interfaces se restreignent aujourd’hui encore au monde des entreprises, qui les utilisent comme assistance, notamment dans la construction, à l’exemple de nombreuses sociétés d’ingénierie, ou encore dans le domaine de la santé, afin d’obtenir de nouvelles formes d’interaction avec les solutions d’imagerie médicales.

Un second secteur où ces technologies se sont d’ores et déjà imposées est celui du jeu, grâce à la sensation d’immersion totale qu’elles procurent aux joueurs.

Ces nouvelles interfaces vont clairement modifier notre manière d’interagir avec le monde digital et donc reléguer le clavier et la souris à la préhistoire, au profit des sens que sont la vision et la voix. Mais nous ne sommes qu’au début de cette aventure, qui verra tout un chacun devenir porteur de lunettes, car comme le dit Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, « Durant les 10 prochaines années, le format des interfaces virtuelles est destiné à se miniaturiser, pour, un jour, ressembler à une simple paire de lunettes ».

Objets souvent perçus comme utilitaires et peu technologiques, les lunettes ont entamé il y a quelques années une révolution profonde.

Lunettes High-Tech : la revanche des nerdsPhoto : Adrien Gögl

Cette révolution prend plusieurs formes. Elle a débuté avec l’arrivée du premier verre organique en 1959, moment charnière où la matière synthétique a remplacé le verre comme matière première pour fabriquer les verres de vos lunettes. Au-delà de présenter des caractéristiques de résistance bien supérieures, ce nouveau matériau a permis de révolutionner la géométrie même des verres. En effet, le confort visuel que vous apporte vos lunettes repose sur la forme du verre correcteur. Or, les nouvelles possibilités offertes par le plastique ont permis des réalisations jusque-là impensables, donnant lieu à des verres dits « individuels », qui correspondent exactement à votre besoin. En bref, nous sommes passés de l’ère du prêt-à-porter à celle du sur-mesure.

Une seconde révolution, plus récente, est en passe de chambouler la conception non plus des verres, mais de la monture de vos lunettes. En effet, le recours à l’impression 3D permet désormais d’imprimer une monture parfaitement adaptée à votre morphologie. Cette approche, encore peu répandue, permet de répondre à des besoins spécifiques de clients exigeants.

Mais la vraie révolution, qui a d’ailleurs débuté par un échec, celui des Google Glasses en 2013, vise à changer le rôle même des lunettes, les faisant passer d’un accessoire médical à une interface permettant le passage vers des mondes nouveaux. Ainsi, dans des centaines de laboratoires autour du monde, des « nerds » planchent sur des technologies nouvelles intégrées aux lunettes afin de vous permettre d’accéder à des informations ou de vous immerger au sein d’univers virtuels inédits. Tous les grands acteurs du marché se sont lancés dans la course, à l’instar de Facebook, avec ses casques Oculus, ou encore de Microsoft, avec ses lunettes Hololens.

Ces interfaces se restreignent aujourd’hui encore au monde des entreprises, qui les utilisent comme assistance, notamment dans la construction, à l’exemple de nombreuses sociétés d’ingénierie, ou encore dans le domaine de la santé, afin d’obtenir de nouvelles formes d’interaction avec les solutions d’imagerie médicales.

Un second secteur où ces technologies se sont d’ores et déjà imposées est celui du jeu, grâce à la sensation d’immersion totale qu’elles procurent aux joueurs.

Ces nouvelles interfaces vont clairement modifier notre manière d’interagir avec le monde digital et donc reléguer le clavier et la souris à la préhistoire, au profit des sens que sont la vision et la voix. Mais nous ne sommes qu’au début de cette aventure, qui verra tout un chacun devenir porteur de lunettes, car comme le dit Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, « Durant les 10 prochaines années, le format des interfaces virtuelles est destiné à se miniaturiser, pour, un jour, ressembler à une simple paire de lunettes ».

Objets souvent perçus comme utilitaires et peu technologiques, les lunettes ont entamé il y a quelques années une révolution profonde.

Lunettes High-Tech : la revanche des nerdsPhoto : Adrien Gögl

Cette révolution prend plusieurs formes. Elle a débuté avec l’arrivée du premier verre organique en 1959, moment charnière où la matière synthétique a remplacé le verre comme matière première pour fabriquer les verres de vos lunettes. Au-delà de présenter des caractéristiques de résistance bien supérieures, ce nouveau matériau a permis de révolutionner la géométrie même des verres. En effet, le confort visuel que vous apporte vos lunettes repose sur la forme du verre correcteur. Or, les nouvelles possibilités offertes par le plastique ont permis des réalisations jusque-là impensables, donnant lieu à des verres dits « individuels », qui correspondent exactement à votre besoin. En bref, nous sommes passés de l’ère du prêt-à-porter à celle du sur-mesure.

Une seconde révolution, plus récente, est en passe de chambouler la conception non plus des verres, mais de la monture de vos lunettes. En effet, le recours à l’impression 3D permet désormais d’imprimer une monture parfaitement adaptée à votre morphologie. Cette approche, encore peu répandue, permet de répondre à des besoins spécifiques de clients exigeants.

Mais la vraie révolution, qui a d’ailleurs débuté par un échec, celui des Google Glasses en 2013, vise à changer le rôle même des lunettes, les faisant passer d’un accessoire médical à une interface permettant le passage vers des mondes nouveaux. Ainsi, dans des centaines de laboratoires autour du monde, des « nerds » planchent sur des technologies nouvelles intégrées aux lunettes afin de vous permettre d’accéder à des informations ou de vous immerger au sein d’univers virtuels inédits. Tous les grands acteurs du marché se sont lancés dans la course, à l’instar de Facebook, avec ses casques Oculus, ou encore de Microsoft, avec ses lunettes Hololens.

Ces interfaces se restreignent aujourd’hui encore au monde des entreprises, qui les utilisent comme assistance, notamment dans la construction, à l’exemple de nombreuses sociétés d’ingénierie, ou encore dans le domaine de la santé, afin d’obtenir de nouvelles formes d’interaction avec les solutions d’imagerie médicales.

Un second secteur où ces technologies se sont d’ores et déjà imposées est celui du jeu, grâce à la sensation d’immersion totale qu’elles procurent aux joueurs.

Ces nouvelles interfaces vont clairement modifier notre manière d’interagir avec le monde digital et donc reléguer le clavier et la souris à la préhistoire, au profit des sens que sont la vision et la voix. Mais nous ne sommes qu’au début de cette aventure, qui verra tout un chacun devenir porteur de lunettes, car comme le dit Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, « Durant les 10 prochaines années, le format des interfaces virtuelles est destiné à se miniaturiser, pour, un jour, ressembler à une simple paire de lunettes ».

Haut